Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand j'étais petit, j'étais un Jedi (2)

Pin it!

Oyez, oyez, vous l'attendiez, le voilà....

J’ai enfin (6 mois après) vu Star Wars 8 : les derniers Jedi… et comme c’est une tradition, je réveille ce blog pour en parler.

 

The résumé : Il y a très, très longtemps, mais un peu moins qu'avant ... les forces rebelles sont coincés dans une planète de glace, Hoth (on les avait laissé triomphants, on les retrouve dans la panade…) Oups, nan ça c’est le 5… On reprend : Les Force de la République/Rébellion (ou ce qu’il en reste) ont été retrouvées par le Nouvel Ordre, s’enfuient de la planète refuge, bataille épique, course poursuite à la vitesse d’un escargot dans l’espace, re truc épique, planète blanche (mais c’est du sel) re-truc épique… pendant que l’équipe en charge Faucon Millenium explore la galaxie sur une planète aux activités pas toujours honnête et rencontre un type pas clair qui aide (ou pas) et que la Jedi de service va en formation chez un petit vieux boudeur (mais pas vert) (encore que le petit vert on le recroise).

Soyons honnête : je ne suis pas allée le voir au cinéma parce qu’il ne faut pas déconner. Et les postulats que j’avais pour le 7 sont toujours là (voir ici) (j’en ai toujours réellement rien à foutre de ce qui se passe après le 5… encore moins maintenant.)

Pourtant cet épisode 8 m’a, par certains aspects, plus plu que le 7. Bon y’a toujours de gros emprunts aux 5 et 6 faits aussi subtilement que Jar-Jar…. Mais y’a des choses qui évoluent bien… (y’en a d’autres… c’est pas ça)

Rey : Autant elle avait le charisme d’une huître les 3/4 du temps dans le 7, autant là, son personnage se révèle, et elle est celle qui s’en sort le mieux de ses confrontations psy à deux balles avec Kylo Renn (et vu le ridicule des scènes, c’était pas gagné).

Benicio Del Toro : son personnage (dont je n’ai pas compris le nom) qui est un mix entre le Han Solo du 4 et Lando, avec des choix au final différents, est je trouve une belle réussite. Enfin un truc un peu… sombre…

Finn: alors là, comment dire... je continue à l'aimer, mais pourquoi lui mettre dans les pattes une sidekick qui sert à pas grand chose (à part une pseudo-romance)

Poe Dameron: Il ne servait pas à grand-chose dans le 7, là, il a un quart d'heure de gloire au début et après... il ne sert que de boulet galactique (mais il est bien accompagné ceci dit... vu le niveau d'incompétence dans le plus haut commandement de la Résistance, on se croirait dans l'état-major de l'armée française en 14-18....)

Sinon Leia se prend pour Superman et Luke est ce qu'on attend d'un vieux maitre Jedi coupé du monde... bougon.

Le truc je me rend compte en écrivant ici, est que les aspects que j'aime bien sont plus subtils à expliquer que les aspects ... moins positifs, on va dire. Qui eux ont une tendance à sauter au visage comme un alien sortant de l'oeuf.

Le gros problème de ce Star Wars, c'est surtout un problème de rythme (et de scénario, mais c'est lié). On a l'impression que les scénaristes ont chacun planché sur une histoire et qu'on vaguement tenté de tout faire tenir ensemble.

Il ya:

- les scènes dans l'espace. Limite aussi chiantes que celle de l'épisode 1. Alors je sais bien que SW et la physique c'est pas le truc (y'a du bruit dans l'espace) mais en général, ça reste cohérent. Là, on a des bombardiers au fonctionnement moyen compréhensible (hello on s'ouvre au-dessus du vaisseaux ennemis, sans sas réellement de sécurité, mais rien ne se passe...). Sans compter les choix tactiques de Leia donc et de l'amirale Cruchette.

L'amirale Cruchette donc, une femme amirale, c'est admirable, qui décide que pour marquer son rôle, elle s'habillerait en longue robe avec les cheveux roses. Mais c'est une femme donc elle est en robe du soir/cérémonie/casting du SdA ... c'est admirable de crédibilité chez Disney dites moi. (Je rappelle que lorsque Leia, dans la TO, est dans une fonction militaire, elle est en uniforme... mais passons). Sinon niveau compétence militaire c'est bon, vu qu'elle doit être du genre à mettre en place la ligne Maginot, finalement...

- les multiples personnages qui apparaissent et donc il faut leur filer une histoire un peu, comme la sympathique sidekick inutile de Finn (avec sa pauvre sœur kamikaze du début), les gamins de la planète Las Vegas... sérieux c'est Star Wars ou un film de Robert Altman?

- sans oublier (on est donc chez Disney) les multiples pseudo début, extrait, je sais pas quoi de romance qui se nouent plus ou moins et dont... on se fiche. Y'a un gars et une fille chez Disney hop, c'est romance. Je prie pour que Disney ne décide pas de découvrir l'amour homosexuel, parce que sinon on a Love Actually (pas que je n'aime pas Love Actually. Ni les couples homo.... d'ailleurs UNE histoire pourrait être cool. Le problème c'est 15 histoires potentielles c'est gavant)

- les scènes "mais qu'est-ce que c'est que cette M.... ?" Passons sur Leia en mode Superman dans l'espace. Mais quel scénariste a eu l'idée de ce dire "eh pourquoi un des nouveaux pouvoirs Jedi, ce serait pas Skype?" Sérieusement les gars? Et un type a validé ça? Résultat non seulement Rey et Kylo communiquent bien trop souvent. Mais en plus on a le droit à des séances de psy. Dont on se fout. A moins que ce soit une autre manière subtile de prévenir le spectateur que "il y a des raisons pour les actions là tu vois, toi spectateur débile". Nan mais vous imaginez Dark Vador se poser face à je ne sais pas qui pour nous raconter sa vie???

- Snoke. Le grand méchant qui ne sert à rien, sauf à être une pathétique excuse pour faire des remakes des scènes des films précédents...

Alors oui, vu comme ça, on peut se demander en quoi je préfère finalement celui-ci au précédent. Déjà parce que je ne m'attendais pas à grand-chose. Ensuite comme je l'ai dit, les trucs qui m'ont plu, bien que subtils sont assez bien trouvés. On pourra me rétorquer que "mais oui, mais y'avait aussi des incohérences dans la Trilogie d'Origine" Oui, mais moins, et le scénario était assez bien fichu et construit pour que les incohérences passent (premièrement parce que le scénarios se focalisaient principalement sur 3 personnages et leur actions... pas sur 12 personnages, leur action et aussi leur vie pour expliquer leur action... )

Ah j'oubliais dans le genre trucs inutiles... les espèces de peluche/manchot de l'ile de Luke. Sérieusement? C'est quoi ces trucs? Et après y'a des gens qui critique les Ewoks? Mais les Ewoks ils servent à quelque chose au moins eux! (ne serait-ce que pour contrevenir à la psyché de l'Empereur, qui tout obnubilé par la puissance des humains, négligent ces petites peluches pourtant féroces comme ennemis...). Les autres à par que Chewie devient vieux (mais bouffe-le, le poulet bordel!) ça sert à rien; Sauf au marketing (et encore).

Écrire un commentaire

Optionnel